La finition de la sculpture sur bois

Le ponçage :

     Un outil qui coupe bien donne un poli brillant qu’il est intéressant de conserver. Si on veut une finition plus traditionnelle ou plus réaliste on peu passer par une étape de ponçage pour enlever les coups d’outil. Evidemment plus le travail à l’outil sera soigné moins la phase de ponçage sera longue. Une bosse partira au ponçage mais ne pas compter dessus pour boucher un trou.

     Le dégrossissage sera plus efficace avec une cale à poncer. Il en existe en caoutchouc mais suivant les motifs je colle souvent l’abrasif sur un morceau de bois de forme adaptée. 

poncage bois sculpture  Les outillages électriques comme le Dremel et les ponceuses à disque ou à bande, les limes électriques etc ... peuvent raccourcir la finition mais dans tous les cas je termine la finition par un poncage manuel de plusieurs heures voire jours.

 

     Le ponçage se fait avec des abrasifs de plus en plus fin et peut se terminer à la paille de fer ébéniste. Attention s’il reste des petites fentes ou fibres arrachées la paille de fer se coince dedans et les agrandis, dans ce cas rester au papier abrasif. Cette étape est très fastidieuse et révèle quelque fois des défauts qu’il faudra reprendre à l’outil.

A la perceuse : Pour poncer les endroits intérieurs inaccessibles je fais une fente dans un cylindre en acier et j'enroule de la toile émeri  en spirale.

Nota : Ne jetez pas les morceaux de disques de ponçage ou de ponceuse à bande, ils sont de bien meilleure qualité que le papier de verre et moins souples. Permet aussi de d'avoir un abrasif rigide pour utiliser dans les fentes ou les passages étroits.  
   

 

 

 

 

 

La protection : 

     Les possibilités sont infinies, j’ai lu sur internet des recettes de patine pour vieillir le bois et je soupçonne certains auteurs de ne pas révéler tous leurs secrets. Pour ma part, je reste simple : de l’huile de lin sur les bois résineux, de la cire sur les autres bois. L’important c’est de mettre en valeur le bois lui même. J’ai déjà réalisé de la cire en faisant fondre de la cire d’abeille dans de l’essence de térébenthine pour obtenir de la cire incolore. Attention ! C’est une opération dangereuse.

     Il est possible de ne rien mettre sur le bois en durcissant la surface avec un objet dur. On retrouve alors le brillant laissé par un bon outil. J’utilise entre autre une petite cuillère ou un morceau de buis. Cette finition protège moins le bois du risque de tâches mais préserve son odeur. L’odeur du bois est un bon moyen pour le reconnaître.

    Je ne traite pas les outils usuels comme les manches d’outil, manche de parapluie ... A l’utilisation il se formera  une patine naturelle et si l’objet s’encrasse il est toujours possible de lui redonner un coup de paille de fer ébéniste.

  Oeuf en prunier sans protectionOeuf en loupe de prunier sans protection 

 

Le support de la sculpture :

      Votre sculpture devra pouvoir tenir debout pour être présentée. Même si elle tient naturellement debout un socle peut la mettre en valeur comme un tableau est mis en valeur par son cadre. En général je ne m’en préoccupe qu’une fois la sculpture terminée. Pour ma dernière (en micocoulier) j’ai prévu sa fixation avant de l’avoir terminée. J’ai donc prévu une base plus épaisse que j’ai pu visser dans un pavé découpé.

 

 

socle de sculpture

Voir la sculpture en micocoulier

 

Page suivante :Le bois de sculpture

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×